Accueil

 

Autrefois, le Boujaron était une eau-de-vie embarquée sur les goélettes. Jacques et Martine Barreau l’ont remis au goût du jour dans leur cidrerie authentique.

Dans la maison de Martine et Jacques Barreau, l’histoire des pêcheurs est présente à chaque coin de murs. « Mon arrière-grand-père, Jean-Marie Botrel, était capitaine de La Mouette. J’ai navigué dans la marine marchande puis j’ai travaillé dans l’industrie », explique Jacques. Le marin se tourne ensuite vers la filière cidricole avec le cidre et l’eau-de-vie.
1 500 litres par goélette
Jacques l’assure : « A la base, le Boujaron est une mesure d’eau-de-vie correspondant à 1/16e de litre. On la chargeait sur les bateaux avec du cidre ». Le Boujaron, c’était 1 200 à 1 500 litres par goélette, qui partait de Binic, Dahouët, Portrieux et Paimpol.
Une boisson au goût d’aventure
« On commençait à boire Le Boujaron dès 3 h du matin », rigole le cidrier. Quand un malheur, une bonne nouvelle, un coup de froid ou une pêche arrivait, tout était prétexte à boire un verre de Boujaron.

 

Laisser un commentaire